Fais donc ca !

Le blog de ddschutz.

Les Millers

Une famille recomposée c’est pas facile alors une famille composée..

Tout commence avec un dealer un peu looser à qui on propose de monter en gamme. Mais je vous rassure ce n’est pas un thriller policier mais bien une comédie.

Et on s’en rend tout de suite compte grâce aux mauvais choix que fait notre héros. Par exemple aider son voisin un peu simplet qui tente d’agresser des punks. Enfin quand je dis punk c’est une expression imagée pour que vous vous représentiez les mecs, je ne voudrais pas choquer mes lecteurs punks.

Bref toujours est-il qu’en moins de 10 minutes de film le dealer se fait voler et son herbe et son pognon. Et quand on est dans le trafic de drogue ce n’est pas bon signe. Je dois avouer que quand on fait de la vente classique ce n’est pas cool non plus, mais en général on a des assurances pour ça. Et les dealers ont rarement ce genre d’assurances. Et oui ce sont des gens mal organisés. La preuve dans le film il garde tous son matos et son argent dans sa table basse. Il n’y a pas de meilleure cachette ? Et ne pas mettre ses œufs dans le même panier il connaît ?

Bon si ça avait été un champion il n’irai plus dans la rue pour vendre il serai à un autre niveau. Comme son boss en fait qui lui a un beau bureau avec derrière son bureau une verrière donnant sur : Un aquarium. Mais oui rien que ça. Et quand je dis aquarium pas le petit bol avec un poisson rouge ! Non un truc énorme avec des requins et un orque. Oui. Rien que ça. On sent tout de suite qu’il a dépensé sans compter.

Le boss trafiquant, on sent tout de suite que c’est un connard. On a envie de le baffer dès qu’il ouvre la bouche. Et il propose donc à notre héros un moyen de se racheter de tout l’argent qu’il a perdu. Il faut qu’il aille au Mexique récupérer “un peu” de drogue.

Bref on sent tout de suite que le “un peu” est une grosse quantité. Car on ne fait pas le voyage pour rien. Il se dit alors que traverser la frontière mexicaine avec sa tête de dealer dans sa voiture de dealer il va se faire repérer. Il décide donc de former une team ! Et pour ça il ne va pas bien loin. Son jeune voisin niais, c’est un peu de sa faute s’il est dans la merde donc autant le faire participer. La jeune fille qui zone dans le quartier qui est aussi liée à l’embrouille du début est aussi enrôlée. Et pour finir il lui faut une femme, et il embauche la strip teaseuse dont il est secrètement amoureux et qui vit en face de chez lui.

Voilà une team qui vend du rêve. Ils vont au Mexique se font charger la drogue. Et là on comprend que “un peu” c’est environ 2 tonnes. Ils en mettent partout dans tous les placards sous le lit partout. Et là me vient une question “ils avaient rien dans le camping-car ? “ du genre un truc à manger pour la route du retour ? non ?

Bref passons rapidement. Rapidement comme ils passent rapidement à la douane. Les doigts dans le nez avec un sombrero.

Et là on se dit c’est quand même rapide comme film 30 minutes et ils ont déjà fini leur mission. Mais c’est sans compter la filouterie du boss qui bien sûr a tenté de voler la drogue du trafiquant mexicain. Et s’il y a une chose qu’il ne faut pas faire c’est faire chier les trafiquants de drogue mexicains. Tous ceux qui ont vu desperados le savent.

Donc course poursuite, et comme il faut en rajouter une couche ils sympathisent avec d’autres campeurs-car, dont le gars est un flic de la brigade des stups.

Et c’est là que le film commence vraiment avec des quiproquos sexuels, une morsure d’araignée sur les testicules et un show de striptease improvisé. Des ficelles faciles me direz-vous, oui peut être mais toujours sympathique.

Et on se rassure à la fin un happy end, avec tout de même un twist final qui nous rappelle la belle morale américaine.

Je vous encourage à regarder ce film qui est dans la pure veine de film de drogue-sploitation, une belle comédie avec un message anti-drogue.

Comments