Fais donc ca !

Le blog de ddschutz.

Happy New Year

Bonne année 2017

Toute l’équipe du blog, c’est à dire moi tout seul, vous souhaite une bonne année.

2017 sera, je l’espere le retour de quelques articles cinéma ou autre.

En effet depuis Octobre j’ai été très occupé à me battre contre des banquiers des assureurs et des notaires, qui se complaisent à ne rien faire dans leur fauteils de cuir. J’ai bataillé tous les jours pour avoir les divers papiers relatif à mon achat immobilier. Ceux qui me suivent sur twitter ou mes pauvres collègues de travail ont eu plus de détails.

Toujours est il que 2017 est là, et j’espere, commencera bien pour moi comme pour vous.

Je vous souhaite à vous chers auditeurs une très bonne année 2017

annee-2017

Suckerpunch

Rêve ou réalité ?

Voilà la phrase qui pourrait résumer ce film.

J’avais il y a un moment vu la bande annonce de ce film. Et j’ai enfin eu l’occasion de le voir.

Le pitch, une jeune femme se fait enfermer dans un asile et tente de s’évader. Pas un asile joli et blanc de nos jours. Non un asile des années 50 délabré et flippant.

Et pour ne pas voir la réalité, cette jeune fille s’imagine un décor de maison close ou de bar à strip tease. Pas beaucoup plus glamour, mais c’est déjà ça. Et dans cet endroit les patientes sont des danseuses, et la médecin, la prof de danse. Une prof de danse qui fait furieusement penser à Fame. Fame, une série que les moins de 30 ans ne connaissent pas, mais pour vous expliquer c’était un peu de High school musical de “l’ancien temps”.

Je vous conseille le générique qui sent bon l’aérobic et les chaussettes de sport comme on le faisait si bien dans les 80’s.

Et donc dans ce monde rêvé d’une école de danse, la jeune femme rêve encore. Et dans ses rêves elle combat avec ses amies des monstres et autres militaires allemands de la 1ère guerre.

Donc un rêve dans un rêve, on est limite dans inception.

Et c’est pas trop compliqué ?

Et du coup au premier abord on est un peu perdu. Mais cette histoire de double rêve n’est qu’une excuse pour nous montrer des jeunes femmes court vêtues, mais équipées d’armes lourdes et automatique se battant contre des dragons.

L’ambiance est à la limite du steampunk, un genre de punk post-apo. Les combats sont par moment un peu trop surréalistes, mais bon on est dans le monde du rêve on fait ce qu’on veut.

Mais alors il n’y a rien derrière ces combats ?

A vrai dire, NON. Les combats ne sont qu’une représentation onirique d’actions effectuées dans le réel.

On peut alors croire s’être fait arnaqué par un film qui vend des combats épiques mais sans but. Et à la fin un dénouement que l’on n’attend pas. Et qui rend le film tellement tragique et tellement triste que l’on ne comprend pas le but.

Je pense qu’il faut le voir comme un divertissement sans prétention, un genre de blockbuster. Mais la fin n’est tellement pas blockbuster du tout. Je ne sais pas trop dans quel catégorie ranger ce film et s’il faut le conseiller ou pas.

Bechdel

Sinon coté représentation de la femme, même si le test de Bechdel est à 3/3 et que les femmes sont des femmes à fort caractère qui se rebellent ; elles se rebellent quand même en jupette et jouent de leurs charmes pour arriver à leurs fin. Donc là encore je ne sais pas trop quoi en penser.

Donc un soir ou vous avez 2h à perdre et que vous êtes devant Netflix, vous pouvez le tenter, peut être que vous arriverez à comprendre le sens caché de ce film que je n’ai pas compris.

Musee Haut Musee Bas

La visite d’un musée est une expérience.

C’est en résumé ce que nous raconte ce film. Et cette expérience est différente pour chaque visiteur.

Ce film est une adaptation de Palace au musée plutôt qu’à l’hôtellerie.

Pour les plus jeunes d’entre vous, Palace était une émission de télé dans laquelle on suivait la vie dans un palace au travers de petits sketch comiques

On retrouve une grande partie du casting de Palace, et c’est une bonne chose.

Mais des mini-sketch en film est ce que ça marche ?

Et bien contre toute attente, oui. Cela forme une histoire, enfin plusieurs histoire entremêlées. Si vous avez été dans un musée vous savez que les gens ne se comportent pas tous de la même façon dans ce lieu de culture. On retrouve les snobs qui ont déjà tout vu et qui prennent leur air supérieur pour dénigrer les œuvres. Il y a aussi les gens de la campagne qui n’ont pas l’habitude des musées de la grande ville, mais ils ne veulent pas paraitre trop plouc et donc prennent aussi leurs grands airs.

Et comme il y a Fabrice Luchini, il y a un moment philosophique ou l’on plaint les gardiens de musée.

Ce film est plutôt réussi et je vous le conseille si vous aimez bien le style qu’avait Palace. Soyons clair ce n’est pas un chef d’œuvre, il ne restera pas dans les 10 meilleurs films qu’il faut voir dans sa vie. Mais c’est un bon divertissement.

Trone De Fer, Saison 6

J’ai terminé il y a peu de temps la saison 6. Oui je ne la suis pas en direct, je préfère bingewatcher pour une meilleure compréhension de la série. Et aussi car je ne pirate plus et que je dois attendre qu’un ami pirate vienne gentiment avec une clé USB à la maison. Je suis oldschool même dans le piratage.

Du coup comme je donne mon avis après tout le monde, et surtout après que tout le monde ai vu la série je ne me ferais pas traiter de “divulgacheur” Mais je préviens quand même, si tu n’as pas vu la saison 6 et que tu ne veux pas te faire Spoiler, déjà tu dois être bien doué ou être totalement déconnecté d’internet (donc tu me lis dans le livre publié qui reprend mes meilleurs article).

[spoilers]

Cette saison est la première qui a été écrite par des scénaristes de série américaine et non pas par M. Martin. Tout d’abord, ils ressuscitent des personnages. Ah ben ça à force de tuer tous les héros à un moment, il ne reste plus beaucoup de monde pour faire avancer l’histoire. Donc solution du cinéma /TV résurrection magique ! Ou mieux le fameux coup du “on le croyait mort mais en fait il a survécu”

Mais oui c’est vrai que s’être fait transpercé le cœur par une épée c’est rien ! Dans l’ancien temps on était résistant. Je me suis étonné qu’ils n’aient pas fait revenir le père Stark. On peut survivre à la décapitation, non ? D’ailleurs que serait le nouveau testament si on avait décapité Jésus au lieu de le crucifier ? Est ce qu’il aurait soulevé sa tête pour prouver son existence à St Thomas ? Mais je m’égare un peu. Je garde quand même cette histoire de Jésus décapité dans un coin de mon esprit, ça pourrait donner une uchronie intéressante.

Et puis autre signe du changement d’écriture, c’est que les gentils gagnent et les méchants perdent. Comprenez il n’arrive pas d’anicroches dans la vie de Sansa. Et elle arrive même à retrouver un membre de sa famille et à se venger. Alors qu’on sait tous que quand la vie s’acharne sur toi comme l’ont été les saisons précédentes, ça ne s’arrête pas aussi facilement.

La saison a du mal à se lancer et on a du mal à se remettre dedans après 10 mois on ne sait plus où en étaient tous les personnages, mais ça se remet en place et au bout de 4 épisode on retrouve un peu du rythme. Le problème c’est qu’il n’y a que 10 épisode, donc on reste vite sur sa faim.

J’attends quand même la prochaine saison, la septième puis la saison 8 qui sera aussi la dernière. Après on pourra se faire un marathon et regarder toute la série d’une seule traite.

Il Est De Retour

Mais de qui parle-t-on ? De Adolf bien sûr. Le Adolf avec sa petite moustache des années 30.

L’histoire est simple, “et si Hitler revenais à notre époque ?” Tout le monde sait les horreurs de la seconde guerre mondiale et surtout les déportation et exterminations de population. On se dit tous plus jamais ça. Mais pourtant…

Dans le film un journaliste souhaite rebooster sa carrière et profite donc de sa rencontre avec le Führer pour se donner un peu de visibilité. Ils partent donc à la rencontre des allemands d’aujourd’hui.

Ce qui est vraiment intrigant c’est qu’on ne sait pas si ce sont des acteurs ou si c’est du reportage. Les scènes ou Adolf discute avec les passant sont tournées caméra au poing. Les images ne vont pas de belles images de cinéma; et cela rajoute au malaise.

Au malaise car le discours d’Hitler dans le film n’a pas changé depuis l’époque; et ce discours est plutôt bien accueilli par les passants.

C’est vrai que de nos jours il suffit de remplacer juifs par migrants dans un discours de Adolf et on est surement élu. Enfin on verra ça en 2017 aux prochaines présidentielles.

Ce film me rappelle cette illustration sur la crise. Crise_Hitler_Il est de retour

En temps de crise les discours haineux trouvent toujours une oreille attentive. Il est toujours simple de rejeter la faute sur les autres (préférez une minorité ils sont moins nombreux pour se défendre)

Voilà donc un bon film à regarder en cette période troublée, pour se dire “non on ne va pas refaire ça”

N’allez pas non plus croire que c’est un film chiant et moralisateur. Non au contraire ! C’est un film humoristique et fantastique. Je dis fantastique car il y a quand même une résurrection, celle d’Hitler. De là à dire qu’il est accueilli dans le film comme un messie c’est un peu beaucoup. Mais le parallèle devait être fait.

Donc allez-y, c’est disponible sur Netflix, donc il suffit de cliquer.

4th Man Out

Attention cet article est PEGI 16+, ces propos pourrait heurter la sensibilité des plus jeunes

Dans ce film nous suivons un jeune homme qui fait son coming out.

Du déjà vu !

Et bien non, car là il l’annonce à ses meilleurs amis. Ses amis, 3 hommes le comprennent et l’acceptent (son homosexualité je veux dire). Ce ne sont pas des arriérés qui pensent que c’est contre nature quand même.

Mais viens alors, l’heure de changer ses habitudes. Eux qui avaient pour habitude de se traiter de “tafiole” de “PD” ou de “suceur de bite “ ils se rendent compte que ça offense leur ami et que toutes ces années il dût subir ça sans rien dire. Et du coup ils se retiennent mais on voit bien que ce n’est pas naturel.

Toutes les habitudes se trouvent chamboulées, mais uniquement pour les amis du héros. Pour lui rien n’a changé mais il voit les réactions des gens qui changent. Et on se rend compte que la société est remplie de cliché homophobes. Quand on veut lui présenter quelqu’un dans un de ces rendez-vous arrangés dont les scénaristes américains raffolent; on lui présente un homme dont les tout droit sorti de la cage aux folles.

C’est un film touchant et drôle qui nous explore les relations entre amis, quand une nouvelle vient tout changer. Car oui cette nouvelle qui ne devrait rien changer, modifie leur relation. Ils ne veulent pas en parler et pourtant ça reste en suspent. On sent qu’ils veulent en parler, mais se retiennent de peur de blesser leur ami par des propos désobligeants.

Un film agréable qui nous fait un peu réfléchir à nos manières, et se dire que parmi les gens que l’on connait il y a peut-être une personne homosexuelle qui pourrait être blessée si on utilise leur identité sexuelle comme une insulte.

Fireplace in Your Home

On revient un peu à la base, ce qui a lancé mon premier blog, les critiques cinéma.

Grace à Netflix (vous trouverez mon avis sur ce service dans les archives du blog) j’ai découvert ce chef d’œuvre du 7ème art : Fireplace for your home.

Un film magnifiquement réalisé, qui nous amène un regard neuf sur la vie, la mort et tout le reste. Un film qui nous apporte chaleur et joie de vivre tout au long de l’année. Il est même disponible 2 remake du film. Un avec une soundtrack plutôt apaisante, et l’autre qui en fait un vrai film de noël.

On ne se le cache pas il n’y a pas beaucoup d’action. C’est plus un huis-clos philosophique. Mais le choix de placement de la caméra est très bien pensé, la lumière donne clairement un aspect authentique au film. Cette lumière me rappelle le film Barry Lindon de Stanley Kubrick, qui je le rappelle a été tourné sans spot uniquement avec la lumière des bougies.

Ce film reste un incontournable surtout le remake version noël qui sera nettement mieux pour votre réveillon que je ne sais quel divertissement, dans lesquels des stars siliconées et endimanchées viennent entonner un petit papa noël sirupeux qui sent bon l’hypocrisie. D’autant plus que ces émissions sont enregistrées en octobre plus proche de la fête de la bière que de l’esprit de Noël.

Sans vous spoiler le film, il y a une scène où l’on pense que tout va s’écrouler, le film atteint son climax, et l’on en sort époustouflé.

Du grand cinéma comme on aimerait en voir plus souvent. Profitez de votre hiver pour regarder ce film : Fireplace for your home.

Monsieur Juste, Mr Right

Un film sur les livre M. et Mme ? Non bien sûr, mais une belle histoire d’amour.

Le pitch, un tueur à gage repentit tombe amoureux, mais son passé va-t-il le rattraper ?

Dit comme ça on se doute que oui, car sinon le film n’a plus trop d’intérêt vous en conviendrez.

Histoire classique ?

Peut-être, à écrire le pitch je me dis que c’est un peu convenu comme histoire. Et pourtant c’est bien traité. Des acteurs frais et un peu déjantés Anna Kendrick et Sam Rockwell nous amène dans une valse folle et meurtrière.

Un traitement de l’histoire qui s’éloigne des comédies romantique pour se rapprocher des comédies déjantés avec un peu d’amour, un peu d’action et pas mal de comédie.

Alors bien sûr sur certains points on reste dans le classique, les méchants sont méchants et stupides, le némésis est méchant et sournois, et les copines de l’héroïne sont plein de bonnes intentions. Mais que sont les conseils d’une amie face à l’amour ?

Je commence à écrire comme Bridget Jones il faut que je fasse attention.

Un divertissement que nous propose Netflix et qui est très réussi.

Netflix encore !

Oui ! Bien sûr ! Prends-toi en main et choisi quand tu commences à regarder la TV ! Surtout que Netflix produit beaucoup de bonnes choses (et des moins bonnes aussi). Et ce film-là sorti, non pas au cinéma, non pas directement en DVD, non directement sur Netflix.

Petit point négatif sur le film, le 2/3 au test de Bechdel. Oui le peu de femmes parlant à l’héroïne ne lui parlent que de son histoire d’amour, enfin un peu aussi de l’agent du FBI qui est mort mais ça reste accessoire.

Donc branchez vous sur netflix et allez voir Mr Right.

Une Boite a Pizza en Pizza

L’invention la plus inutile et stupide de ces dernières semaines c’est la boîte à pizza en pizza

Je ne vois pas ce qui est passé par la tête du mec qui a inventé ça ! A part le coup marketing ou l’on parle de ta pizzeria pendant 1 semaine je ne vois pas. Car je suis sûr que vous avez tous entendu parler de cette idée qui fait le buzz, et je vous mets au défi de me dire le nom de la pizzeria qui a eu cette idée.

Une boite à pizza en pizza, mais POURQUOI ???? Selon le concepteur c’est pour une question d’écologie. Pour réduire le nombre de boite en papier qui transportent des pizzas tout au long de l’année.

Quelle foutue connerie, mais dans mon esprit se posent moult questions.

Dans quoi transportent-ils cette boite à pizza en pizza ? 2 solutions soit dans une boite en carton et le problème revient au même, c’est même pire car la boite doit être encore plus grosse et donc utiliser plus de carton ! Ou ils se servent vraiment de la pizza comme boite à pizza et du coup elle est crade et donc tu ne peux pas la manger. Et c’est vrai que gaspiller la nourriture c’est tellement bien !!

Autre question la boite en pizza, si je ne commande pas de pizza et que je commande juste une boite vide. Ils me facturent quoi ? Ils ne vont pas me faire payer une boite vide, quand même et du coup : pizza gratuite.

Les garnitures des pizzas ne vont-elles pas se mélanger ? Et par la même occasion rendre la pizza immangeable ?

Bref vous l’aurez compris cette idée est une grosse connerie qui je l’espère n’arrivera pas jusque chez nous. Si malgré tout vous voulez manger une pizza en forme de boite commandez une Calzone.

L Arabe Du Futur

L’arabe du futur, qui est-il ?

C’est surtout le nom d’une bande dessinée (certains snobs diraient “Roman graphique” car la BD c’est pour les enfants) de Riad Sattouf.

Dans cette BD Riad (oui je l’appelle par son prénom, on est comme ça les gens du showbiz on se tutoie on s’appelle par nos prénoms) nous raconte sa jeunesse. Une jeunesse entre la France, la Syrie et la Libye. Le style est vraiment sympa, voir les différentes cultures par les yeux d’un enfant quoi de plus innocent, quoi de plus neutre.

Déjà avant même de commencer la lecture on voit que la charte graphique est très bien faite. Quand les dessins sont en fond bleu, on se trouve en France en orange en Libye et en rose en Syrie. Et on retrouve d’autres petites touches de couleurs qui apportent un éclairage sur l’histoire. C’est bien pensé, ça permet de tout de suite voir où l’action se déroule.

L’histoire

L’histoire est une autobiographie, nous suivons le jeune Riad dans les premières années de sa vie. Et ce n’est pas rose tous les jours. Au fil des aventures de ce jeune garçon, qui ressemble à un parcours du combattant, on découvre les différences culturelles entre la France, la Syrie et la Lybie dans les années 80.

Son histoire est tellement touchante et semble si rude, qu’on a qu’une envie le prendre dans ses bras et lui faire un câlin.

La différence culturelle me choque d’autant plus que j’ai moi-même grandi dans les années 80 (oui je suis un vieux con) et que dans mon enfance je n’ai pas eu de souvenir comme ceux-là. Jamais dans mon souvenir je n’ai vu une bande de jeune lapider un chien dans la rue !

J’ai parfois eu peur pour ce jeune garçon, et je remercie Dieu et/ou mes parents pour avoir eu une enfance plus calme.

on lit ou pas ?

Oui il faut lire ce livre, pour découvrir cet enfant qui n’a pas eu une jeunesse dorée. On lit pour découvrir les cultures différentes, et tenter de comprendre le monde actuel. On lit car c’est bien écrit et intelligent. Bref il n’y a que des bonnes raisons de lire cette BD.