Fais donc ca !

Le blog de ddschutz.

FEFFS Interview

J’ai eu l’honneur il y a deux semaines d’assister à la conférence de presse du festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg.

Et j’en ai profité pour réaliser une interview de Daniel Cohen directeur artistique du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg. Cette interview vous la retrouvez sur le site du podcast capteurs d’écran le podcast cinéma dans lequel j’interviens.

Je vous envoie donc écouter cette interview, et pour vous allécher voici les points abordés.

Nous y parlons donc du festival, de ses 10 ans oui car ça fait déjà 10 ans que ça existe ! Vous pourrez découvrir les animations organisées pour l’occasion, drive in cinéma de plein air, cinéma sur l’eau, mais aussi le festival du jeu vidéo indépendant.

Et comme c’est un festival de cinéma, nous avons évoqué quelques films de la sélection :

Les Millers

Une famille recomposée c’est pas facile alors une famille composée..

Tout commence avec un dealer un peu looser à qui on propose de monter en gamme. Mais je vous rassure ce n’est pas un thriller policier mais bien une comédie.

Et on s’en rend tout de suite compte grâce aux mauvais choix que fait notre héros. Par exemple aider son voisin un peu simplet qui tente d’agresser des punks. Enfin quand je dis punk c’est une expression imagée pour que vous vous représentiez les mecs, je ne voudrais pas choquer mes lecteurs punks.

Bref toujours est-il qu’en moins de 10 minutes de film le dealer se fait voler et son herbe et son pognon. Et quand on est dans le trafic de drogue ce n’est pas bon signe. Je dois avouer que quand on fait de la vente classique ce n’est pas cool non plus, mais en général on a des assurances pour ça. Et les dealers ont rarement ce genre d’assurances. Et oui ce sont des gens mal organisés. La preuve dans le film il garde tous son matos et son argent dans sa table basse. Il n’y a pas de meilleure cachette ? Et ne pas mettre ses œufs dans le même panier il connaît ?

Bon si ça avait été un champion il n’irai plus dans la rue pour vendre il serai à un autre niveau. Comme son boss en fait qui lui a un beau bureau avec derrière son bureau une verrière donnant sur : Un aquarium. Mais oui rien que ça. Et quand je dis aquarium pas le petit bol avec un poisson rouge ! Non un truc énorme avec des requins et un orque. Oui. Rien que ça. On sent tout de suite qu’il a dépensé sans compter.

Le boss trafiquant, on sent tout de suite que c’est un connard. On a envie de le baffer dès qu’il ouvre la bouche. Et il propose donc à notre héros un moyen de se racheter de tout l’argent qu’il a perdu. Il faut qu’il aille au Mexique récupérer “un peu” de drogue.

Bref on sent tout de suite que le “un peu” est une grosse quantité. Car on ne fait pas le voyage pour rien. Il se dit alors que traverser la frontière mexicaine avec sa tête de dealer dans sa voiture de dealer il va se faire repérer. Il décide donc de former une team ! Et pour ça il ne va pas bien loin. Son jeune voisin niais, c’est un peu de sa faute s’il est dans la merde donc autant le faire participer. La jeune fille qui zone dans le quartier qui est aussi liée à l’embrouille du début est aussi enrôlée. Et pour finir il lui faut une femme, et il embauche la strip teaseuse dont il est secrètement amoureux et qui vit en face de chez lui.

Voilà une team qui vend du rêve. Ils vont au Mexique se font charger la drogue. Et là on comprend que “un peu” c’est environ 2 tonnes. Ils en mettent partout dans tous les placards sous le lit partout. Et là me vient une question “ils avaient rien dans le camping-car ? “ du genre un truc à manger pour la route du retour ? non ?

Bref passons rapidement. Rapidement comme ils passent rapidement à la douane. Les doigts dans le nez avec un sombrero.

Et là on se dit c’est quand même rapide comme film 30 minutes et ils ont déjà fini leur mission. Mais c’est sans compter la filouterie du boss qui bien sûr a tenté de voler la drogue du trafiquant mexicain. Et s’il y a une chose qu’il ne faut pas faire c’est faire chier les trafiquants de drogue mexicains. Tous ceux qui ont vu desperados le savent.

Donc course poursuite, et comme il faut en rajouter une couche ils sympathisent avec d’autres campeurs-car, dont le gars est un flic de la brigade des stups.

Et c’est là que le film commence vraiment avec des quiproquos sexuels, une morsure d’araignée sur les testicules et un show de striptease improvisé. Des ficelles faciles me direz-vous, oui peut être mais toujours sympathique.

Et on se rassure à la fin un happy end, avec tout de même un twist final qui nous rappelle la belle morale américaine.

Je vous encourage à regarder ce film qui est dans la pure veine de film de drogue-sploitation, une belle comédie avec un message anti-drogue.

FEFFS 1ere Impression

FEFFS

Sous cet acronyme qui peut paraître barbare se cache simplement le festival européen du film fantastique de strasbourg. Vous trouverez sur leur site moults infos.

J’ai récupéré le lundi 28 aout le programme et je vais vous parler des films que j’ai repéré.

Soyons clair je n’ai vu aucun de ces films, je vais juste vous parler des films qui avec leur titre et leur pitch ont attiré mon attention

Le film d’ouverture “Ca”) une adaptation de Stephen King qui a l’air effrayante au possible. C’est pourquoi je n’irai pas la voir au cinéma pour éviter de me rouler en boule de peur au milieu du cinéma.

Dans la selection officielle j’ai repéré jupiter’s moon un film avec un migrant qui peut léviter. Du coup les frontières c’est un peu moins un problème. Un film de secte, the endless ; enfin un retour dans une secte. Les héros retournent dans une secte dont ils se sont évadés. J’ai dans l’idée une sorte de the village dans laquelle on retourne dans un endroit etrange.

Dans la selection cross-over : The little hours un film avec des nonnes un peu folles. On est loin de sister act, à mon avis.

Super dark times un groupe d’ado jouent ensemble et en tuent un malencontreusement. Une esthetique des années 90 qui pourrait faire penser que les jeunes de “Stranger things” ont mal tourné.

Dans les midnight movies : Game of death : un groupe d’ami jouent à un jeu de société qui les forcent à s’entretuer. Ca me parrait êtrange mais bon surement un successeur de jumanji.

Mayhem : un virus qui décuple la rage des gens se propage dans l’open space. Un film à aller voir avec ses collègues de boulot avant de les tuer.

Prey : Un lion tueur à amsterdam. Pourquoi pas je suis preneur.

Ron Goossens, low budget stuntman L’histoire d’un cascadeur qui devient une star des réseaux sociaux. Ca ne fait pas rêver mais c’est le même réalisateur que New kids nitro dont je vous engage à aller voir la bande annonce pour voir l’univers du réalisateur.

Scéance spéciale en avant première avec Zombilenium le film d’animation tiré de la Bande dessinée éponyme

Et une rétrospective humain 2.0 avec des films à aller voir si vous les avez raté au cinéma comme : Robocop, terminator 2, multiplicity, bienvenue à gattaca, Existenz.

L’invité cet année est William Friedkin. Même si vous ne le connaissez pas vous avez surement entendu parlé de certains de ces films, comme the french connection et surtout l’exorciste dont je vais peut être me laisser tenter d’aller le voir sur grand écran.

Voila ma première impression en regardant le programme, je vous en dit d’avantage rapidement.

Pan T Es Mort

Pan, non pas le faun de la mythologie grecque, non la référence à Peter

Dans les films de super-héros en général la franchise commence par une “Origin Story”. Une histoire qui raconte comment le personnage principal a eu ses pouvoirs. Bon au bout d’un moment ça peut être un peu redondant, on sait que Peter Parker s’est fait mordre par une araignée, c’est pas la peine de nous le remontrer encore une fois. Peut-être on se dit que le spectateur est un peu con et qu’il ne se souvient pas de l’histoire de Spiderman, qu’on est obligé de la raconter encore et encore. On ne peut pas non plus partir du principe que voilà il a ses pouvoirs et voici comment il a battu X ou Y (Y et X étant des méchants emblématiques de l’univers)

Autre dérive des films actuels, le “prequel” ou “ce qu’il s’est passé avant”. Pourquoi donc un préquel ? D’une part pour rester dans un même univers ; ça rassure le spectateur, et surtout le producteur. Ensuite si on fait une suite ca nécessite que les gens aient vu le premier sinon ils ne vont pas suivre voire pire se faire Spoiler le premier film. Alors on fait des histoires sur ce qu’il y a avant.

Dans le cas de Peter pan on avait déjà eu la suite avec le film Hook, on nous offre maintenant un prequel. Mais pourquoi ça ? En plus pour une histoire sans queue ni tête.

Donc les pirates du monde imaginaire viennent sur leurs bateaux volant capturer des enfants orphelins à Londres. Bon admettons, ça fait de la main d’œuvre pas cher. Justement il leur faut de la main d’œuvre pour creuser dans leur mine.

Et pour motiver les troupes, chaque soir le chef des pirates (attention il n’a pas de crochet ! Ce n’est pas le capitaine crochet) jette par-dessus bord 4 mineurs qui on fait des histoires. Je trouve que c’est quand même beaucoup de pertes 4 par jours. Je pense qu’un seul pour l’exemple devrait être assez. Mais bon comme ils en ont une armée de mineurs on peut en sacrifier quelques-uns.

C’est donc dans cette mine que Peter fait la connaissance de celui qui sera plus tard le capitaine crochet. Car oui dans ce préquel ils sont amis.

Mais voilà Peter est choisi pour être sacrifié sur l’autel du team-building et de la motivation de groupe. Et comme c’est des pirates il passe sur la planche. Sauf que là, point de mers remplie de requins, juste un précipice de 300m de profond. C’est moins classe mais tout aussi efficace. Mais bon rien ne se déroule comme prévu et Peter ne s’écrase pas comme une merde mais flotte.

S’en suit une course poursuite ou le méchant pirate poursuit crochet et Peter vers un pays de fée, car, c’est là que ça devient n’importe quoi, Peter serait le fils d’une fée et d’un humain. Et vu la taille de la fée clochette, le coït n’a pas dut être facile, mais bon on va me traiter d’enculeur de mouche (à juste titre) si je m’attarde sur ce détail.

Et en parlant de mouche celui-ci est aussi dans l’aventure, c’est un peu le seul qui a le même rôle que dans le film original, le sous fifre souffre-douleur inutile.

Et plus bizarre encore c’est que ce que cherchent les enfants dans la mine c’est un cristal qui “fondu” permet au chef des pirates de rester en vie. Une sorte d’élixir de jouvence mais cristallisé. On n’en sait pas pourquoi ça. La seule raison c’est qu’il fallait une occasion pour amener des enfants (dont Peter) dans ce pays imaginaire. Et quelle meilleur prétexte pour kidnapper des enfants, sinon que de les faire travailler, et de surcroît dans une mine.

Bref exploitation d’enfants test de Bechdel à 0, ce n’est pas trop la peine d’aller voir PAN. D’autant plus qu’à la fin Peter et crochet sont copains comme cochon.

Un préquel qui ne sert à rien. On n’apprend pas vraiment la jeunesse de Peter, on effleure à peine le personnage de Crochet. Retournez voir à nouveau le film de Disney

Zootopia

I belive i can fly !

Un beau film moral dont jean de la fontaine serait fier. Même si la morale de ce film est un peu floue.

Mais revenons au départ l’histoire du film, un petit lapin, oui c’est des personnages zoomorphes, comme ça on n’a pas de racisme, malin. Donc un petit lapin, ne veut pas devenir planteur de carotte comme ses parents, il veut devenir policier. Et là on se doute bien que dans un monde animal, un policier lapin ne doit pas être respecté.

Mais voilà une belle morale pour ce film, si on veut quelque chose et qu’on travaille dur, on peut atteindre cet objectif. C’est beau, ce n’est pas forcément vrai, mais c’est beau.

Et donc là on est à 15min du film, donc je me dis que ce ne doit pas être ça la morale. Car la morale vient en fin de film.

Je poursuis le film et là [spoiler] des animaux carnivores attaquent et mangent des pauvres petits herbivores. Alors que normalement ces animaux sont civilisés et ne s’entretuent pas. Vient donc toutes les aventures de ce petit lapin qui enquête sur ces meurtres. Pour au final apprendre que c’est le mouton (donc une proie) assistant du maire qui est le responsable.

Et je me dis que la morale de l’histoire c’est donc qu’il faut se méfier de tout le monde, que même quelqu’un qui paraît innocent peut tenter de nous arnaquer. Une morale un moins glamour que la première, mais au combien plus réaliste et utile ! Je suis en général confiant sur la nature humaine et je me dis que les gens ne sont pas forcément méchant. Je penche plus sur l’incompétence que sur la volonté de nuire.

Mais dans notre monde régit par l’argent et la recherche de gloire, les gens sont plus enclin à poignarder leur voisin pour s’élever que de s’entraider.

Point positif du film c’est que le héros et le méchant sont des femmes. Evoluant dans un monde quasiment totalement masculin, mais c’est déjà un mieux que rien.

Donc voilà un film avec deux morales une utopiste, une réaliste, à vous de choisir celle que vous retenez.

Ail Bi-bac

De retour !

Je ne vous ait pas abandonné rassurez vous. C’est juste que j’ai eu beaucoup à faire dans ma vie professionelle et personnelle. Alors le blog c’était pas ma priorité ces derniers temps.

Mais je reviens vite avec des nouveaux articles, mais avant je vais faire un peu de promo pour un nouveau podcast : Capteurs d’écran

C’est un podcast qui parle de cinéma et de culture geek. A l’heure qu’il est déjà 2 épisodes sont disponibles, je vous laisse donc juger par vous même du podcast.

Cinéma parce qu’on parle ensemble d’un film, on donne notre avis sur le film, son scénario, sa réalisation, ses acteurs. On se croirait au masque et la plume, enfin presque. Comme dans le masque et la plume nous ne sommes pas toujours d’accord.

Dans cette équipe de choc on retrouve Madt, le cinéphile instigateur de ce projet, Flavien l’homme qui parle plus vite que son ombre, et phillipe mon amis possedant le plus de bandes dessinée.

Je vous encourage a aller écouter les premiers épisodes, et à nous faire des retours. C’est avec des avis constructifs que l’on avance.

Twitter Reflexe

Durant l’entre deux tours de cette présidentielle les débat étaient assez houleux. Et les gens s’énervent vite quand ça parle politique en 140 caractère. J’ai donc décidé de réduire drastiquement ma consommation de twitter qui s’est trouvé bien politisé. Alors qu’à la base je voulais juste trouver des gens pour parler jeu de société. Je sais bien qu’une élection présidentielle c’est important et qu’il faut en parler, mais mon twitter n’est pas l’endroit le plus approprié.

Réduction

Pourquoi réduction et pas arrêt ?

Car un arrêt serais je pense un peu trop violent, et il y a des gens que je ne connais que par twitter, je ne voudrais pas les abandonner.

Semaine 1

La première semaine ce fut un peu dur quand je prends mon téléphone en main le premier réflexe c’est lancer l’appli twitnukker pour twitter. Elle est placée au bon endroit pour que ce soit totalement intuitif d’appuyer sur l’icône. La position du pouce au repos et paf on se retrouve online sur le petit oiseau bleu.

Mais à chaque incursion je lisais des trucs politiques et c’était chiant. Je surveillais quand même mes mentions, ce n’est pas parce que je ne veux plus tout lire que je ne vais pas répondre aux gens qui me parlent. J’ai aussi partagé quelques statuts, ce n’est pas facile de partir d’un coup.

Mais à la fin de la première semaine je n’avais plus trop envie d’aller voir, j’avais même perdu le réflexe d’y aller dès que je prenais mon téléphone en main. Bien sûr parfois je voulais checker (le plus souvent durant la pause midi au bureau) mais je luttais parfois presque 30 sec à regarder mon écran d’accueil avant de reposer le téléphone.

Je me demande parfois ce que vous faites, car oui ne nous le cachons pas lire son fil twitter c’est un peu comme stalker des gens.

Semaine 2

Je ne vérifie plus que mes mentions 2 à 3x par jour seulement. Et il faut avouer que depuis que je ne twitte quasiment plus, elles se font un peu moins fréquente.

Je n’éprouve plus tellement l’envie d’y aller, serais-je guéri ? Je ne pense pas la rechute est rapide et quand j’ai des mentions je réponds quand même assez rapidement. L’icône est toujours sur l’écran d’accueil principal de mon téléphone, donc j’y pense quand même, mais je me dis d’être fort. Le fait que ce soit un peu la folie au boulot en ce moment doit bien aider.

Au moins je trouve un peu de temps pour m’impliquer encore un peu plus dans proxijeux. Pas dans la gestion du compte twitter, ça serait de la triche, mais dans l’organisation interne et la création des goodies pour les gens qui nous donnent de l’argent.

Je n’ai pas suivi les résultats de l’élection présidentielle sur twitter, je n’ai pas vu tous les messages de haine, de dérision, d’amour; ni tous les memes sur Macron. Mais je suis toujours en vie.

Conclusion

On en arrive au moment crucial, le dénouement de cette affaire, vais-je arrêter twitter ?

La réponse est

Non, mais je vais en faire une utilisation raisonnée.

J’hésite encore entre plusieurs options, soit unfollow plein de gens, mais l’unfollow est vécu pour certains comme une trahison

Soit simplement masquer certaines personnes, du coup pas d’embrouille mais je ne vois plus les twits

Soit passé ma TL sans tout lire, car oui avant cette pause présidentielle je lisais tout. Certains twits juste en diagonal je ne cliquais pas sur tous les liens mais je passais tout en revue. Et je pense que c’est ça qui est chronophage. Je vais sûrement faire du twitter carpe Diem, je regarde ce qui se passe quand j’y suis et je laisserai passer les choses qui arrivent quand je dors.

Un peu comme la vraie vie en gros, vous ferez bien ce que vous voulez quand je ne suis pas là.

Voilà en gros ma psychanalyse à 2 francs (ça ne mérite pas 2€), un blog ça sert aussi à ça. Du coup cet article est fini vous pouvez aller le partager sur Twitter.

Sa Majeste Minor

On pourrait croire à une réadaptation d’un texte grec antique, mais il n’en est rien, ce conte totalement WTF est bien contemporain.

Pour résumé, un homme porc joué par José Garcia, qui d’autre aurait une telle animalité dans le cinéma français ? Un homme porc, qui agit et vit avec les porcs depuis son enfance car trouvé hors du village. Cet homme porc devient suite à son décès et son retour à la vie conscient et très éloquent. Et par un concours de circonstance se retrouve chefs du village.

Ce film mélange les discours verbeux les scènes de nudité et l’humour. On ne sait pas trop sur quel pied danser dans ce film, entre des passages qui nous font réfléchir sur notre condition humaine, et les passages ou Vincent Cassel en Faun demande “Salut l’ami, tu viens pour ta sodomie ?”

Ce film est à l’image du cinéma français un film délirant ou on se demande ce qu’on regarde, avec un peu de sexe de l’humour le tout mixé dans un maelstrom totalement déjanté.

C’est ce genre de film que l’on regarde en se disant “mais qu’est-ce que je fais devant ce film”, mais comme Jean Jacques Annaud est à la réalisation l’image est belle et on se surprend à continuer.

L’image est très Grèce antique, dans les nuances de jaune sable, on sent tout de suite la chaleur ionienne nous inonder. Le décor et l’ambiance sonore nous fait dire qu’il fait chaud, très chaud.

Mais au final, cela ne sonne-t-il pas un peu creux ? Des phrases verbeuses mixées avec José Garcia qui fait le porc. Si vous voulez une expérience cinématographique étrange, pourquoi pas. Si vous voulez voir les seins de Mélanie Bernier (Bande de coquins) assurément. Maintenant regarder tout le film juste pour une paire de seins il faut quand même être courageux.

Mastodon

Mastodon

Je vous le dit tout de suite comme ça vous ne serez pas obligé de vous lire tout mon article : Mastodon ne tueras pas twitter

En tous cas pas dans sa forme actuelle.

Principe

Je vous explique en 2 mots le principe. Je ne vais pas entrer dans les détails d’autres l’ont fait mieux que je ne pourrais le faire.

En gros c’est un twitter décentralisé, ça veut dire que ce n’est pas hébergé juste sur un serveur mais qu’il y a plein de serveurs qui communiquent entre eux. On verra plus bas pourquoi c’est mieux.

On se retrouve donc avec un fil comme sur twitter sur lequel les messages des utilisateurs que l’on suit s’affichent. Un second fil avec ses notifications, jusque-là rien de fou. Et une 3ème colonne qui varie, elle affiche les profils des gens sur lequel on clique ou affiche le message et ses réponses. Mais surtout affiche les 2 fils inédit à Mastodon. Le fil public local : c’est tous les messages des gens qui sont sur votre serveur. (D’où le fait de bien choisir son serveur) Le fil public global : c’est un peu plus complexe, en gros c’est le fil de votre serveur et de tous les serveurs des gens que vous suivez. C’est un peu plus complexe mais entrer dans le détail ici ne servirait à rien.

Pourquoi c’est bien

C’est bien parce que ce n’est pas un seul serveur, et que du coup la censure d’une autorité unique américaine n’a pas de prise sur tout le système.

C’est chaque modérateur de chaque instance qui peut bloquer quelqu’un. Du coup sur ton instance tu ne verras pas les messages des gens nocifs bloqué par ton instance. Ça donne une meilleure réactivité pour bloquer les indésirables.

Ça permet aussi de s’inscrire sur une instance “spécialisé” pour avoir dans son fil local que des messages d’un certain thème. Par exemple si on s’inscrit dans une instance “pointdecroix.com” pour les fans de point de croix, vous n’aurez dans votre fil local que des messages des gens parlant de point de croix.

Pourquoi ça ne tuera pas twitter

Pour le moment tout est beau sur Mastodon, il n’y a que des utopistes et des geek. Oui l’interface n’est pas aussi douce que twitter c’est un peu brut, mais ça fonctionne. Donc ce n’est pas très avenant donc Mme Michu ne va pas créer un compte Mastodon.

Il faut choisir son instance, laquelle choisir ? Il faut lire les règles de l’instance pour voir si elle nous correspond. Ou alors on choisit une grosse instance pour avoir plus de vie dans son fil local au détriment d’une instance spécialisée.

Car oui il faut lire les règles car les modérateurs de l’instance peuvent vous bannir. Par exemple vous êtes inscrit sur une instance “pointdecroix.com” qui interdit de parler de tricot ! Si vous n’avez pas lu ça et que vous commencez à parler tricot en plus du point de croix et bien on peut vous bannir. Le seul juge est le gérant de l’instance et ses modérateurs.

Et donc dans le choix de l’instance si vous choisissez une instance avec 200 personnes on pourra bien surveiller les messages et bannir les indésirables. Avec une instance à 20 000 utilisateurs la modération est déjà plus difficile. C’est pour ça que pour le moment ça marche les instances ne sont pas trop grandes (certains limitent même les inscriptions) et les gens sont de bonne compositions. Mais quand débarqueront les trolls et les haineux en tous genres et qu’il faudra bannir des gens toutes les 5 minutes parce qu’ils ne respectent pas les règles, ça sera plus difficile.

Et puis une instance ça à un cout. En particulier le serveur de stockage des données (et des images publiées) et qui va payer. Ce qui se fait en ce moment c’est que c’est le créateur de l’instance qui paye et qui demande des dons volontaires pour l’aider. Mais si les gens ne payent pas, ou si le créateur de l’instance souhaite fermer son serveur, il vous faudra alors changer d’instance.

Beaucoup de choses liées à la décentralisation me font croire que ça ne tuera pas twitter. Certains utilisateurs vont faire la migration mais le gros du public n’est pas prêt au changement et Mastodon n’y survivrait pas, du moins pas dans sa forme actuelle.

Je ne vous dis pas de ne pas y aller, je vous dis qu’il s’agit d’inventer un nouveau média avec des codes et des usages différents. Comme Facebook et twitter sont différents, Mastodon et twitter sont différents. La base reste la même, des messages courts visible par des abonnés mais la forme change.

Yo Utu Be

Dans un moment d’égarement sur Facebook. Si vous me connaissez, vous savez que mes passages sur le site au F bleu sont très rare car à chaque fois il y a une fonctionnalité ou des remarques qui m’énervent et je me barre rapidement.

Là je suis tombé sur une vidéo d’un youtubeur et il y a quelque chose qui m’a fait décrocher de son monologue “humoristique”

Ce qui a provoqué ma gêne c’est le nombre de coupes de montage. Allons, allons, je ne dis pas qu’il faut faire un plan séquence du temps de la vidéo. Je suis podcasteur et je sais que c’est très dur d’enregistrer un truc seul sans montage. Je fais aussi des coupes sur mes podcasts et certaines ne sont pas très heureuses.

Mais faire plusieurs coupes dans une phrase c’est un peu violent. Surtout que (attention spoilers) dans une vidéo à la différence de l’audio il y a de l’image ! Dans l’audio on ne berne que l’oreille de l’audience. Par contre en vidéo il y a l’oreille et l’œil, et c’est plus difficile de berner les 2 en même temps. Surtout que comme dans les différentes prises on n’est pas placé exactement au même endroit donc ça “saute” d’une position à l’autre et c’est assez perturbant. Je comprends que pour une vidéo “humour” il faut que ce soit rythmé et que du coup quand on veut parler vite on bafouille. Et bafouiller juste sur la chute ça peut gâcher un effet.

Mais si vous pouviez refaire la phrase en entier ça serait un grand plus pour les auditeurs. Ou assumer de bafouiller de temps en temps.

Du coup je vais continuer à écouter des podcast audio et laisser YouTube aux jeunes, comme disait un célèbre inspecteur de police “je suis trop vieux pour ces conneries “